Claude Barbottin Claude Barbottin avec Dany Maurice et Roger Sy
Avec Dany Maurice et Roger Sy

Dans son milieu familial, la musique est reine. Un père saxophoniste, c'est déjà bien; mais avoir des frères jumeaux dont l'un joue de l'accordéon et l'autre de la batterie, c'est encore mieux pour une oreille aussi musicale que celle du jeune Claude.
Comme bon sang ne saurait mentir, il remplace à la batterie Robert son frère parti assurer l'occupation française en Allemagne.
Claude Barbottin vient d'avoir 14 ans et, en deux ou trois mois, il apprend l'accordéon afin de remplacer l'autre frère jumeau dans l'orchestre familial.
Autodidacte à 100%......à défaut de professeur, Claude Barbottin se fixe deux modèles antagonistes mais parfaitement complémentaires : Gus Viseur l'unique et Emile Prud'Homme.
De l'accordéon au bandonéon, Claude Barbottin ne cesse de progresser. Son talent le fait engager dans l'orchestre de René Benotti où comme précieux élément, (car il chante aussi !) il restera jusqu' au service militaire.
Négligeant d'entrer à Air France, il devient un grand spécialiste du vrai tango chez Tito Léoni, Luis Veciana.
Un court apprentissage dans un orchestre tzigane ajoute une nouvelle corde à son arc.
Dans l'orchestre vedette de José Cando, il restera 10 ans, ne cessant d'apprendre la flûte, l'orgue et le vibraphone.
Depuis 1968, Claude Barbottin a formé son propre orchestre avec lequel il sillonne sans cesse la région de l'Ouest et aussi bien au-delà.
Très demandé, car reconnu par tous comme un vrai spécialiste de la danse traditionnelle, mêlant aux "tubes" actuels tous les succès marquants des époques successives qui ont vu fleurir les valses, les pasos, le jazz, les airs brésiliens et toutes les mélodies qu' on fredonne dès les premières mesures.
N'oublions pas le compositeur Claude Barbottin, membre de la SACEM et heureux de ses succès tels "
Je ne fais que passer", composé dans un restaurant par un temps épouvantable.
Aimé de tous, reconnu par tous les autres grands comme un des leurs. Claude Barbottin n'a qu'une vraie passion, celle du tango authentique dont la musique passionnée ne s'éteindra jamais.
Extrait de
La nuit de l'Accordéon par Dany Maurice

 

Retour au Sommaire
Disques
Partitions
Galas / Photos
50 ans de SACEM